LES DOGONS DU MALI
PRESENTATION
NOS INTERVENTIONS
PROJETS
CONTACT
NEWS

                           

NEWS 

 

En 2014-2015

 

Décembre 2014 et janvier 2015 : Nos interventions au Mali (cliquez)

 

En 2014

 

Janvier et février 2014 : Nos interventions au Mali (cliquez)

PEINTURES VENDUES AU PROFIT DE L'ASBL

Jean-Marie s'investi encore plus: Le meilleur moment pour planter un arbre c'était il y a vingt ans, le meilleur moment ensuite c'est maintenant.(proverbe Dogon) Mes recherches de subsides en faveur de projets humanitaires au Mali ne retiennent pas suffisamment l'attention d'éventuels partenaires.Pour ne pas perdre de temps et pour ne pas faire mentir le proverbe, j'ai décidé de m'investir directement dans des réalisations artistiques permettant l'autofinancement et l'échange de bons procédés. J'avertis, je ne suis pas peintre mais je peins pour eux. Grand merci aux donateurs et futurs, sans lesquels rien ne serait possible. Le prix de vente de 99 euros est intégralement versé au compte de l'association.

- Cliquez ici afin de visualiser les peintures disponibles à acheter -

 

En 2013:

LES 28 ET 29 SEPTEMBRE

Notre présence avec un stand à SAGA AFRICA organisé à Hannut a été fort remarquée. Les échanges ont été chaleureux entre les diverses organisations présentes. Notre mobilisation de recherche de fonds est permanente. nous multiplions les rencontres et les contacts suseptibles d'être concrétisés. La tache est difficile d'autant plus que les demandes d'interventions pour des situations désespérées nous parviennent régulièrement. Refuser par manque de moyens restent plus souvent d'actualité que le contraire.Nous devons faire des choix qui sont dirigés vers des situations connues, réelles, urgentes et prioritaires. Notre présence sur le terrain renforce nos choix en connaissance de cause. Améliorer le quotidien souvent incertain, reste notre priorité.

 

LE 15 SEPTEMBRE

Horion-Hozémont

8ème B R O C A N T E

Notre brocante peut-être considérée comme réussie, dans le sens ou il a fait sec malgré une pluie battante le samedi soir. Nous avons compté sur des amis " bénévoles" motivés et efficaces, merci à eux. Merci aux membres du Fifty-One Club de Flémalle et à l'équipe d'Antoine Accardo.Nous remercions également tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à la bonne marche de l'activité, les marchands, les visiteurs ainsi que toutes les personnes, par leur sympathie et leurs dons, nous ont encouragé a poursuivre cette tâche qu'est l'humanitaire.

MERCI Sonia et jean-marie

Le stand de l'ASBL

 

 

Dans le monde, un enfant meurt toutes les 8 secondes par manque d'eau ou de maladies liées à l'eau.

Au Mali, depuis plus de 20 ans nous tentons de réduire cette inégalité.

Dans certains villages, ils boivent l'eau amassée dans des mares.

Il y a des solutions . . . il faut des moyens.

ASBL " Regards Dogons" BE 86 3400 8496 3550

 

En 2012:

Notre présence habituelle de janvier et février nous a permis une nouvelle fois de concrétiser nos interventions prévues et ponctuelles en fonction des demandes et des situations urgentes et prioritaires: prises en charge et transports de blessés et malades, forage et aménagement d'un puit, aide alimentaire, achat de matériel scolaire pour différentes écoles, renforcement de plusieures cantines scolaires, achat de matériel et de matériaux pour la construction de mini retenues d'eau, achat de matériel et médicaments nécessaires à la bonne gestion d'un dispensaire, intervention pécunière pour la banque de céréales au village de Tin Tam et l'installation d'une coopérative villageoise à Waou, appuis alimentaires à diverses familles en difficulté, apport d'aide à une entreprise commerciale.

En mai 2012, Jean-Marie lheureux a eu un accident cardio vasculaire important et une hospitalisation d'un mois à la citadelle et une très longue revalidation.

Suite à ce problème, nous avons été obligé d'annuler notre participation à diverses manifestations.

Mais grâce à de nombreux amis la brocante prévue le 16 septembre 2012 à pu être maintenue au programme de l'ASBL. Ce fût une réussite totale car en plus des participants, le public était présent sous un soleil bienvenu. Un GRAND MERCI à tous ceux qui nous ont aidé avant pendant et après(sans eux cette manifestation n'aurait pu être), aux participants " marchands" et au public. Un grand merci également au Rotary de Flémalle, au Fifty one de Flémalle, aux donateurs privés de nous faire confiance et nous permettre d'aider nos amis maliens qui en ont bien besoin. Plus que jamais, nous sommes déterminés à maintenir nos actions engagées.

A peine rétabli, Jean-Marie s'est rendu, en octobre, au Mali pour concrétiser de nouveaux projets.Etant très attentif aux suivis des projets en cours, il a voulu être présent sur le terrain pour vérifier la bonne marche de ceux-ci.

-----

Depuis quelques années ...

Le réchauffement climatique, émissions de gaz à effet de serre, dérèglement atmosphérique engendrent catastrophes et manquements en tous genres pénalisent durement ces populations déjà fortement défavorisées. Ces bouleversements climatiques créent un déséquilibre de plus en plus prononcé au sein des villages que nous arpentons chaque année. L'eau, premier élément indispensable à la vie se raréfie et devient de plus en plus difficile a gérer. L'accès à l'eau, est une dette que nous leur devons. Notre expérience de terrain démontre qu'avec des moyens financiers abordables des solutions à plus ou moins long terme sont bien réelles. La volonté d'y arriver existe et ceux qui ont les moyens doivent prendre conscience que dans ces cas extrêmes, la générosité à certe un prix, mais à ce prix que de vies sauvées, que d'espoirs revenus et que de respect l'élémentaire: le droit de ne pas mourir de soif. Je pourrais vous raconter mes histoires vécues, en prise directe avec ses populations abandonnées, pourtant toujours souriantes et acceillantes ! Que c'est difficile de repartir, de détourner le regard, de ne rien pouvoir faire, ni promettre. Faire semblant quand on sait est inhumain et irrespectueux.Bien d'associations comme la nôtre effectuent un travail exemplaire auprès de plus démunis et ce partout dans le monde.Faut-il qu'elles s'investissent pleinement et clairement pour garantir des actions urgentes, réfléchies, prioritaires, utiles et suivies. Le suivi reste souvent le point faible d'un grand nombre de projets.Ceux-ci, abandonnés par faute de moyens, de surveillance et d'engagement de la population concernée, retombent dans l'anonymat le plus total. Nous avons alors creé des dépendances inutiles et dilapidé l'argent d'un donateur confiant, voir trop confiant.Personnaliser un don en connaissance de cause, tout en sachant à quoi il est TOTALEMENTattribué renforce l'envie de s'inestir à sa manière au bon déroulement de l'action humanitaire choisie.Notre association reste en attente de subventions pour deux projets d'une certaine importance. Le premier pour la construction d'une retenue d'eau au village de PELOU, coût: 35 000 euros. Le deuxième d'une extrême nécessité et d'urgence, l'acheminement d'eau potable sur 7 Kms au village de TIN TAM dépouvu d'eau pendant une trop grande période de l'année. Ce projet réalisable est estimé avant les études préalables qui vont être entreprises à environ 100 000 euros. Les détails concernant ces deux projets peuvent être obtenus en contactant notre ASBL " Regards Dogons". Nous serons au Mali du 12 décembre 2010 au 14 février 2011 pour suivre l'évolution, la surveillance et le bon fonctionnement des structures mises en place. Nous travaillerons principalement sur nos deux gros projets afin de les préparer au mieux au financement définitif, toujours activement recherché. Quelques chiffres nous permettrons de mieux nous situer par rapport à ceux qui manque totalement d'eau et qui en meurent simplement parce qu'on les oublie.

98 % de l'eau du globe est salée. Au cours des dix dernières années, la consommation d'eau a quintuplé.

Suite aux maladies hydriques, 25 millions de personnes décèdent dans le monde chaque année. Le tiers de tous ces décès se produisent dans le tiers monde. L'eau insalubre fauche à elle seule, par diarrhée, 4 millions d'enfants, soit un toutes les 8 secondes.

L'accés à l'eau potable et à des installations sanitaires pour tous réduirait de 69 % la mortalité par maladies hydriques. Ces maladies tuent autant de personnes que 300 boings s'écrasant chaque jours.

On estimait, il y a peu de temps, qu'il faudrait disposer de 36 milliards de dollars pour procurer de l'eau potable et un assainissement adéquat à toute l'humanité, soit 4 % des dépenses militaires et d'armes dans le monde.

Un détail qui vaut la peine d'être précisé: au village de Tin Tam, lorsque la dernière mare d'eau stagnante ne permet plus d'y puiser l'eau suffisament consommable, les habitants les plus valides et souvent des femmes parcourent dans des éboulis rocheux l'équivalent de 4 Kms. Ils doivent alors descendrent dans une grotte genre " trou d'homme" de +/ - 7 mètres de profondeur ou comme un serpent ils poussent devant eux un bidon de 20 litres qu'ils retransportent sur la tête sur à nouveau 4 Kms. Les plus résistants, sous 45 ° de température, font quatre fois le trajet ( + / - 32 Kms) pour ramener l'équivalent de 8 seaux d'eau et cela pendant plusieurs mois de l'année.

Les enfants à partir de 9 ans font le même trajet et souvent la nuit. C'est le seul moyen de survivre.

Notre expérience de terrain garanti un travail de fond, une étude appropriée et un suivi basé sur le long terme.

NOS DEUX VILLAGES PELOU ET TIN TAM ONT GRAND BESOIN D'EAU.

NOUS AVONS BESOIN D'ARGENT POUR LEUR EN PROCURER

LES MOYENS TECHNIQUES EXISTENT. LES MOYENS AUSSI, MAIS VOILA !!

Si votre choix de nous aider rejoint le notre d'intervenir dans cette partie du monde très défavorisée, nous aurons réussi un vrai partage où concrètement chacun aura la satisfaction d'avoir été utile au bon moment et bon endroit.

-----

En 2008:

L'exposition "Regards Dogons Arts d'Afrique" qui a eu lieu à Horion-Hozémont du 13 au 17 novembre 2008 et qui a regroupé plus de 300 pièces d'art tribal venant de collections privées, de musées et de spécialistes, n'a pas obtenu les résultats escomptés si l'on tient compte des investissements importants mis en oeuvre.

Voici quelques photos :

 

 

 

 
 

----